Eglise Saint Pierre de Brain sur l’Authion

Vestiges de l’absidiole romane, clocher, choeur angevin 12 ème, chapelle 13 ème, chapelle15 ème, nef néo-grecque 19 ème.

Il est probable qu’elle a été érigée par Rorigon, comte d’Anjou. Eglise d’abord dédiée à Saint Aignan (évêque d’Orléans, 5 ème), elle fut donnée à l’abbaye de Glanfeuil, plus connue sous le nom d’abbaye de Saint Maur sur Loire. Au milieu du 9 ème, l’Anjou fut ravagée par les Normands c’est pourquoi les moines de Glanfeuil se virent contraints d’abandonner leur monastère.

En 1977, des fouilles ont permis de dégager l’abside de l’église primitive (9-10 ème), avec des tessons de poteries des 2 et 3 ème. Elle est dirigée vers l’Orient (vers Jérusalem).

Vers le milieu ou à la fin du 12 ème, l’église Saint Pierre de Brain fut reconstruite et l’on y mit une statue de St. Aignan, preuve que l’église de ce nom avait été démolie. L’église dédiée à St. Pierre apôtre, fut conservée comme oratoire par décret du 9 avril 1791, et érigée en succursale le 30 septembre 1807. La paroisse de Brain dépendait de l’abbaye St Serge jusqu’à la révolution française. Le presbytère construit en 1789 fut restauré en 1871.

///

La nef et la façade avec un fronton triangulaire et un avant porche étroit, datent de 1840, elles sont de style néo-grec. De droite et de gauche des arcs relient cette bâtisse au reste de l’ancienne église, disposée en forme de choeur ou d’abside. Monté sur la chapelle de gauche, le clocher ancien est couronné par une flèche d’ardoises, il contient trois cloches, les deux petites furent installées en 1933.

Du 12 ème subsiste, à gauche, la travée du clocher avec ses 4 piliers, elle s’ouvre sur la nef par un arc de pierre. Une voûtée d’ogives retombe sur des chapiteaux à feuillages et crochets.

///

Du 13 ème reste l’abside carrée à voûtes angevines (bombées) : les nervures retombaient sur des dais qui abritaient des statues colonnes. La tour du clocher, en partie englobée dans les constructions ultérieures, date de la même époque.

Au 16 ème fut construite la chapelle dite de la vierge, au sud du clocher, avec voûte à liernes et tiercerons et chevet plat. Les branches d’ogives retombent sur des culots, la chapelle est éclairée par une baie à meneaux (avec deux vitraux de la maison Bordereau). En 1835 elle fut dédiée à la confrérie du Rosaire et restaurée, elle contient un autel baroque dédié au Sacré-Coeur.

Au 19 ème construction d’une nouvelle nef (1840) qui s’ouvre sur l’abside et la chapelle de la Vierge ; nef rénovée en 1987.

Au 20 ème l’autel actuel est érigé. Il provient d’un ancien rétable de 1804, dont la table de pierre est beaucoup plus ancienne (elle porte les cinq croix de consécration).

D’autre part on peut voir :

///

Un christ en bois, de 2,90m sur 1,70m, qui domine l’autel, c’est une oeuvre populaire du 17-18 ème.
Deux statues de pierre du 17 ème de chaque coté de l’autel : St. Pierre avec sa tiare et St. Aignan avec sa mitre.
En haut à gauche dans une ouverture, une statue de St. Sébastien en terre cuite du 18 ème.
Dans une niche de la nef à gauche, une statue de la Vierge provenant semble-t-il d’une ancienne chapelle de la Jaille.

Depuis le 20 Décembre 2000, la partie ancienne de l’église et le clocher sont illuminés.

L’église est classée à l’inventaire des monuments historiques depuis 1986, Inscrite Monument Historique (IMH) en 1992 (chapelle ; absidiole ; clocher).